Les bains de mer à Marseille au début du XIXe siècle

Présentation du travail de M1 de Tina Leyer, Histoire

Pour la présente étude, les sources proviennent des archives municipales et départementales de la ville de Marseille ainsi que du fond d’archives de la bibliothèque de l’Alcazar.

Un climat particulier 

Le climat de Marseille est méditerranéen et bénéficie de nombreux avantages, plusieurs sources mettent notamment en avant la douceur de ce dernier. Le rivage forme naturellement plusieurs anses et criques ainsi que des plages sablonneuses. Cette structure du rivage constitue l’installation de base sur laquelle se construisent par la suite les établissements de bain de mer. Progressivement, les médecins et scientifiques effectuent des relevés sur le soleil, la température ainsi que la force du vent. Le discours médical et scientifique distingue l’eau de la Méditerranée des autres eaux de mer car cette dernière possède de nombreux minéraux. Le docteur Berrut rédige notamment en 1861 un mémoire sur les bienfaits du traitement des vaches laitières par l’iodure de potassium, le chlorure de sodium et le fer. Une attention toute particulière est également portée sur les différents vents de Marseille. Ces derniers sont reconnus comme purificateurs et chargés en humidité permettant ainsi de conserver un air sain et frais en été. Le docteur Robert évoque notamment dans son manuel des bains de mer rédigé en 1827 que « Le Mistral, qui souffle quelquefois avec violence, est toujours rafraichissant par sa nature, et il est même froid au cœur de l’été, lorsqu’il est combiné avec le vent du nord. » L’iode couplé à au vent donne à Marseille l’avantage de posséder un air assainissant.  Par ces discours, la ville de Marseille apparait alors comme étant optimale pour le bain thérapeutique. Cette configuration du littoral permet également d’endiguer les maux liés à l’air vicié. De plus, La ville de Marseille bénéficie d’une longue période d’ensoleillement rendant ainsi la saison des bains optimale de mai à octobre. 

Les établissements de bains de mer : de nouvelles pratiques

La ville de Marseille voit également la création de plusieurs bains de mer au XIXe siècle, la première tentative d’établissement de bains de mer est recensée en 1808, dans l’anse du Pharo près du port de Marseille, mais qui n’aboutit pas pour une raison financière. La première deuxième expérience de bains de mer est faite également dans l’anse du Pharo par le docteur Giraudy de Boyon qui fonde un établissement de bains de mer en 1818. D’autres bains sont fondés sur la plage d’Arenc, laquelle est formée naturellement des bassins de roches. Deux établissement sont créés, il s’agit de l’établissement de Giraudy de Boyon fondé en 1820 ainsi que l’établissement de monsieur Vailhen fondé légèrement plus au Nord en 1823. Plus tardivement, d’autres établissements de bains de mer sont créés vers le sud de Marseille avec notamment la création du bain des catalans en 1859 ainsi que les bains de la plage du Prado en 1842. Les terrains sont alloués par amodiations et les archives communales et départementales de Marseille possède des documents liés aux démarches administratives engendrées par l’ouverture de ces établissements.

De manière globale et bien que le climat méditerranéen offre à Marseille des conditions optimale pour le développement de l’activité balnéaire, le succès des bains de mer est assez mitigé. Ce succès en demi-teinte est dû notamment au fait que la ville de Marseille tend plutôt à développer son industrie. Cependant, l’essor de cette activité engendre de nouvelles pratiques du rivage, qui mêlent hygiène et plaisance dans les nouveaux établissement de bains de mer. Les établissements proposent diverses manières de prendre des bains de mer et créent notamment des infrastructures spécifiques afin d’administrer l’eau de mer par des méthodes diverses en allant du bain à la lame, par le bains froid ou chaud. Le sable et le soleil sont également exploités pour les soins. Les établissements deviennent progressivement des lieux de confort avec notamment des espaces de repos et des restaurants. Le discours sur les bénéfices du climat de Marseille est par ailleurs relayé par les médecins mais il l’est également repris par les propriétaire d’établissement dans un but publicitaire. 

Une attention particulière est portée également sur les processus de créations de bains de mer en s’intéressant notamment aux organismes qui ont permis leur essor, et de savoir qui sont les acteurs. On découvre notamment la création d’un nouvel emploi, celui d’inspecteurs de bains de mer, emploi qui est notamment occupé par les docteurs Robert puis par le docteur Berrut pour le bain de mer des Catalans.

Usages préexistants et coexistant du rivages 

Ces nouveaux usages du littoral, induits par le développement de l’activité balnéaire, amènent à se questionner sur les usages préexistants et coexistant sur le rivage. L’ouvrage du docteur Robert mentionne le fait que les baigneurs utilisent le bassins d’Arenc depuis des temps immémoriaux. Les archives révèlent notamment que l’essor des bains de mer occasionne des contestations de la part des habitants, qui résident aux alentours de ces établissements. En 1826, un courrier est rédigé par la mairie de la ville, destiné au préfet, et recense plusieurs contestations faites à l’encontre de l’établissement du docteur Giraudy. Le courrier mentionne les désagréments occasionnés par l’appropriation du rivage, on peut notamment citer « Il [Giraudy] ne considère pas non plus qu’a l’entour de ces mêmes anses une grande partie des artisans de cette ville aillait, le dimanche, en famille, se délasser des travaux de la semaine. » Parmi les plaignants et autres usagers du rivage il faut également égaler mentionner les pêcheurs qui utilisent notamment le rivage pour étendre leur filets de pêche mais qui utilisent également les bassins creusés naturellement dans la roche pour entreposer leur barque, on peut notamment citer : « il [Giraudy] ne s’arrête point encore à ce que les terrains qu’il ambitionne servaient de temps immémorial, à étendre, pour les faire sécher, les filets des pécheurs demeurant à Arenc. » 

De plus, et comme le souligne Alain corbin dans son ouvrage, la question du sauvetage est cruciale. Le rivage doit demeurer accessible afin que les pêcheurs puissent porter secours à des éventuels naufragés, les plaignants évoquent que « par les clôtures des terrains précités, il empêcherait lesdits pécheurs, [..] de porter leur vue de ce coté sur des navires qui seraient en danger vu qu’ils ne pourraient secourir de suite faute de pouvoir les découvrir immédiatement ».

Réglementation et privatisation du rivage 

Bertile Beunard dans son article évoque le fait que la réglementation sur le rivage est tout d’abord laissée libre aux habitants avant d’être progressivement prise en main par le préfet et par la ville avec notamment la promulgation de plusieurs arrêtés en 1807 puis 1813. Les arrêtés mentionnent notamment les espaces sur lesquels les habitants ne peuvent plus se baigner et impose également le port du caleçon. Les infractions sont passibles d’amendes. Un nouvel avis est rendu publique le 10 juillet 1855 qui réitère l’interdiction de se baigner sans caleçon, mais qui restreint à nouveau les zones de baignades autorisées. « La partie comprise entre la plage de l’Huveaune et l’entrée du chemin de ceinture du Roucas-Blanc, est absolument interdite aux baigneurs, qu’ils soient ou non couverts d’un caleçon. » La réitération de ces arrêtés montre que les infractions persistent et d’autres sources évoquent également la récurrences de délits avec notamment le fait que des hommes étrangers aux bains se baignent aux alentours ou au sein des établissement de bain de mer de manière illégale. On recense aux archives départementale une plainte publique formulée à l’encontre d’un arrêté publié en 1859. Le document est rédigé le 23 juillet 1862 et il est directement adressé à monsieur le sénateur, accompagné par plusieurs feuillets de signatures, et évoque : « la lassitude d’une journée laborieuse ainsi que leur manque de moyen empêchent d’aller plus aux bains payants. Seraient-ils privés au profit de ces établissements de cette douce et utile satisfaction ? »  Ce courrier réclame la cessation des sanctions qui leur sont infligés et ce malgré le fait qu’ils soient en règles et pour permettre « à cette nombreuse et laborieuse population de se livrer sans crainte à ce gout naturel des bains de mer si indispensable pour leur santé et leur propreté ».

Ces différents documents montrent alors qu’il existe, conjointement à l’activité des bains de mer, une pratique du rivage par les locaux. Les habitants utilisent le rivage également dans un but thérapeutique. L’émergence des bains de mer, ainsi que l’édification des arrêtés interdisant des zones de baignades contribuent à la privatisation du rivage. On peut notamment citer une demande faite par monsieur casimir Autard, atteint de paralysie, qui demande l’autorisation de prendre des bains de mer à la joliette. Ce document montre que la prise de bains de mer, hors zones réglementaires, fait désormais appel à des recours exceptionnels (demande adressée au préfet).

Parallèlement à l’essor de l’activité balnéaire émerge également la question des bains de mer destinés aux militaires. Ces derniers, dès la seconde partie du XIXe siècle, sont obligés de se former à la natation. Marseille voit notamment l’apparition d’une école de natation dans l’anse de Malmousque. Les archives départementales montrent que le choix de l’emplacement de l’école de natation est crucial puisque les militaires ne doivent pas se mêler aux civils. La présence des soldats est génératrice de plusieurs conflits d’usages, on recense plusieurs cas de bains sauvages nus près des établissement de bains de mer, choquants ainsi les civils. On peut notamment citer le présent courrier du 22 juillet 1859 qui évoque que le 19 juillet, 300 hommes d’un régiment d’infanterie, sous la surveillance de plusieurs officiers « sont allés se baigner, sans caleçons au Prado, sur le point interdit, à très peu de distance des bains réservés aux femmes. » 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anne Carol (29 juin 2021). Les bains de mer à Marseille au début du XIXe siècle. Usages du rivage en Méditerranée. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://rivage.hypotheses.org/81


Auteur/autrice : Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search