Mise en avant

Usages du rivage en Méditerranée

Dans Le territoire du vide (1988), l’historien du corps Alain Corbin décrit le changement de regard qui s’opère progressivement sur les zones littorales à partir de la fin du XVIIIe siècle. Vues jusqu’alors comme des espaces répulsifs, malsains et dangereux, celles-ci deviennent progressivement des espaces prisés par les élites pour leurs qualités hygiéniques et esthétiques. Les médecins louent leurs avantages pour la santé, qu’il s’agisse des effets du « bain à la lame » ou des bienfaits de l’air iodé, et leur fréquentation ne cesse de s’accroître et leurs usages de se diversifier.
Or, le scénario que propose A. Corbin repose sur les espaces océaniques : la Méditerranée y est marginale, car elle offre des particularités climatiques et physiques qui se prêtent mal à cette analyse. Notre projet de recherche, financé par l’Institut Sociétés Méditerranéennes en Mutation SoMuM (2020-2022) se donne pour objectif d’éclairer cet angle mort.

Réunion du 4 mars 2022

Le groupe s’est réuni le 4 mars en visioconférence.
Trois points ont été abordés :

  1. CR réunion SoMuM 25 janvier  2022

Il s’agissait pour les responsables de programmes de faire le point auprès de C. Chatelin, D. Mercier, D. Lenzi (gestionnaire) et M. Perret (communication). Trois points ont été abordés :
* Budget : En 2022 le budget prévoyait 700 euros pour la journée d’études et 500 euros d’aide publication ; rien n’avait été prévu pour les missions.
Restent disponibles 3573 euros (stage non utilisé).
La gestionnaire demande d’établir un nouveau budget prévisionnel :
NB 2. Rappel : Telemme a voté un crédit de 2000 euros pour soutenir Rivage : d’autres missions peuvent donc être planifiées sur ce budget dans un second temps.
* Gestion du carnet Rivage.org
Mélanie Perret a rappelé qu’il faut alimenter deux carnets : le carnet Rivage proprement dit et le carnet général SoMUM. Une solution a été trouvée : Tina Leyer effectue un  stage d’un mois dans cadre de son M2 à Telemme, dont l’objet est la gestion et le développement du carnet ; elle est inscrite à une formation WordPress.
Rappel : le carnet doit abriter des ressources bibliographiques (+ notes de lectures, annonces d’événements, etc.)
Rappel parallèle : avait aussi été prévu un stockage et mise en commun des sources sur une Amubox (à usage interne), qui a été ouverte.
* La préparation de la journée SoMuM du 22 mars
Il s’agit d’une JE interne à SoMuM où Tina Leyer et Anne Carol représenteront le groupe devant les autres programmes SoMuM.
Formule proposée : un diaporama commenté. Elle consisterait en capsules successives d’enregistrement sonore où l’on prêterait sa voix à un usager du rivage, qui présenterait son point de vue sur quelques images en 2 ou 3 minutes. Le but étant de faire percevoir la superposition des usages et des conflits potentiels, ainsi que la variété des approches du groupe. A. Carol fera une introduction et le lien entre les capsules.

2. CR rencontre avec F. Denise , directeur du Musée d’histoire de Marseille

Il s’agissait d’organiser la JE dont la date a été fixée au mercredi  28 septembre.

FD est tout à fait prêt à s’engager. Il a fourni des pistes de fonds à exploiter : collection très riche de cartes postales léguées au Musée ; dépôts de photos de famille au moment de Marseille 2013 ; inventaire de la région PACA se rapprocher du service de l’inventaire à l’hôtel de région : ressources sur bains ?
Il propose par ailleurs de faire la veille de la JE un Mardi de l’histoire (conférence le soir).  
La JE pourrait prendre la forme de communications classiques (30 mn maxi) à destinations d’un public éclairé, entrecoupes d’intermèdes plus brefs consistant à commenter un document iconographique. Nous pouvons inviter des extérieurs : ont été suggérés Laurence Nicolas (travaille sur Beauduc), François Zanetti ou Sophie Vasset (thermalisme, très intéressés par des échanges) pour assurer une présidence.
R. Bertrand, pressenti pour commenter le tableau de Vernet L’Entrée du port de Marseille, se réserve la possibilité d’en faire une communication.

3. Participation aux RV de l’Histoire à Blois. 

Les RV de l’Histoire de Blois (5-9 octobre) sont sur le thème de La mer.
Rivage pourrait proposer une table ronde dans le cadre des cartes blanches.
Ces tables-rondes durent 1 h 30 ; elles rassemblent au maximum 5 intervenants (modérateur inclus), issus de plusieurs labos ou facs.
Le coût de la TR (hébergement, restauration, voyage) est à la charge de l’organisateur de la TR ; s’y ajoute une participation aux frais de 150 euros.

Récapitulatif des échéances, par ordre de priorité :

– le plus rapidement possible : projets de mission finançables par SoMuM

– avant le 11 mars : réponse sur Blois

– avant le 22 : capsules

– programme JE (28/09) à finaliser : propositions de communications et/ou d’intermèdes.

– missions finançables par Telemme

Thermalisme et pratiques balnéaires à Venise et en Vénétie (XIXe-début du XXe siècle)

Présentation des travaux de Laetitia Levantis (docteur histoire de l’art)

Mes travaux sur le thermalisme pratiqué dans le centre historique de Venise à l’époque romantique ont comme point de départ ma thèse de Doctorat, laquelle reconstitue le regard que les voyageurs français des XVIIIe et XIXesiècles ont porté sur le paysage vénitien dans ses rapports étroits avec l’architecture et l’urbanisme de la ville (thèse publiée sous le titre Venise, un spectacle d’eau et de pierres. Architecture et paysage dans les récits de voyageurs français [1756-1850], Grenoble, UGA éds, 2016, rééd. en 2019 – Prix de l’Académie de Marseille en 2017). La dernière partie de cette étude ouvre sur le basculement qui s’opère à partir des dernières décennies du XVIIIe siècle dans l’appréciation du paysage vénitien, en particulier l’attrait pour les eaux, la flore et la faune marines qui environnent la cité ducale, objets d’observations attentives de la part des nombreux voyageurs scientifiques qui visitent la ville dans les dernières décennies du siècle. En effet, tandis que la vogue du voyage naturaliste se déploie dans toute la péninsule, la mer et ses propriétés physiques constituent désormais pour les scientifiques du dernier tiers du siècle un nouveau champ d’étude. Pourtant, malgré les craintes diverses que suscite cette proximité permanente avec les eaux dans les récits de voyageurs des Lumières, la lagune gagne une place sans cesse grandissante dans les textes au point de devenir, à l’aube du XIXe siècle et tout au long de la période romantique, le pendant des descriptions d’architectures. 

Cette mutation dans l’approche du paysage lagunaire et marin qui environne Venise atteint son point culminant avec le phénomène original du thermalisme pratiqué au cœur de la ville à partir des années 1830. C’est autour de cette page des plus méconnues de l’histoire vénitienne que s’orientent, en partie, mes travaux de recherche. Cette thématique, développée jusqu’à la période d’âge d’or des bains de mer sur la plage du Lido (à partir des années 1850), constitue l’un des axes contenus dans mon projet de recherche « Histoire, gestion et perceptions du territoire vénitien (XVIIIe-XIXe siècles) », lequel souhaite reconstituer le processus de conservation de l’architecture vénitienne et l’évolution de la gestion des eaux, des combats menés pour la préservation du site vénitien à l’exploitation économique et touristique des eaux lagunaires (notamment à travers le phénomène de la balnéation).

Thermalisme et pratiques balnéaires à Venise et en Vénétie (1830-1930)

Le XIXe siècle vénitien est une période d’intenses mutations économiques, urbanistiques et architecturales par lesquelles Venise – aux mains de la dynastie Habsbourg pour la seconde fois dès 1815 –, s’engage sur le chemin de la modernisation. Dans ce contexte, on assiste à l’apparition des premiers projets balnéaires à l’origine de l’émergence d’un tourisme de santé dans les lagunes : à partir des années 1830, Venise devient alors une station thermale et climatique réputée dans l’Europe entière et sa fortune se diffuse dans la littérature médicale, puis dans la presse internationale. À côté des nombreux établissements de bains flottants que compte la ville, l’émergence de la balnéothérapie marine dans le secteur hôtelier est un exemple intéressant et réussi de l’association de la médecine et du tourisme. Le luxe des établissements, les aménagements qui y sont effectués pour offrir à leur clientèle ce genre de prestation, prouvent la nette évolution qui s’opère à partir de la seconde moitié du siècle dans l’organisation des espaces dévolus à l’accueil et aux loisirs des étrangers, sous l’impulsion du tourisme balnéaire dans la lagune. Alors qu’au XVIIIe siècle, la cité des doges était avant tout perçue par les étrangers qui y séjournaient comme une ville dangereuse pour la santé par les miasmes délétères des eaux lagunaires et des canaux qui infectaient l’air, les touristes qui affluent en masse vers la Sérénissime dans la première moitié du XIXe siècle, s’y rendent désormais pour jouir de ses eaux. Venise devient alors siège d’une expérience physique et n’est plus seulement perçue comme un miracle d’art et d’histoire.

Avec l’avènement du tourisme moderne au milieu du siècle, le bain comme mondanité supplante progressivement le bain thérapeutique dans les établissements implantés le long du Grand Canal, et dans les principaux hôtels de la ville. Parallèlement à cela, le développement de la plage du Lido permet l’apparition d’imposantes architectures, annonçant la disparition future des structures balnéaires et hydrothérapiques du centre urbain de Venise à la fin du siècle. Ce vaste espace de terre accueille également d’importantes entreprises médicales et philanthropiques, à l’image des « Hospices marins pour enfants pauvres et scrofuleux » destinés à préserver la classe travailleuse de la diffusion des maladies au contact du climat marin et de l’héliothérapie. Dans les premières décennies du XXe siècle, le Lido avec ses luxueux hôtels, devient le lieu de loisir privilégié d’une élite bourgeoise s’adonnant à de nouvelles pratiques, à l’image des bains de sable, également connus sous le nom de psammatothérapie. Entre le XIXe siècle et les années 1920, c’est donc toute une thérapie qui fut développée autour des ressources naturelles de Venise. 

Ayant le plaisir d’apporter ma contribution au programme de recherche SOMUM RIVAGES, je mène actuellement un travail d’enrichissement de ma bibliographie, collectant des sources concernant d’une part, les témoignages de voyageurs européens ayant expérimenté les établissements balnéaires vénitiens (y compris ceux de la plage du Lido), et d’autre part, les mentions faites des bains de Venise dans la presse vénitienne du XIXe siècle. La banque d’images sur laquelle je travaille (gravures, photographies issues de l’Archivio Storico Böhm-Naya ou du fonds Tommaso Filippi de l’Istituto di Ricovero e di Educazione di Venezia [IRE]) s’enrichit progressivement et j’ai notamment rassemblée une intéressante iconographie sur un établissement thermal proche du Grand canal (bains de Lorenzo Chitarin dans l’ancienne Abbazia di San Gregorio), sur lequel nous n’avions jusqu’ici que fort peu de renseignements. Je suis également parvenue à identifier d’autres établissements présents dans le centre historique de la ville et ce, jusqu’aux dernières décennies du siècle. Je travaille aussi sur les raisons éventuelles de leur disparition, laquelle coïncide avec l’âge d’or du Lido. Mes recherches se sont ainsi progressivement étendues à cet espace sur lequel j’enquête jusqu’aux prémices du fascisme, en portant un éclairage particulier sur les « hospices marins pour enfants scrofuleux et rachitiques », mais également sur d’autres aspects illustrant cette « réinvention » du rapport au site vénitien par de nouvelles pratiques médicales, puis touristiques, à l’image des « bains de sable ». J’enquête donc sur la sablothérapie sur la plage du Lido de Venise et en Vénétie, notamment à partir de la station de Grado (reconnue comme station de cure officielle de l’Empire autro-hongrois en 1892). Dans l’optique des recherches menées au sein du programme SOMUM, les pistes de travail seront étendues à la zone adriatique dans son ensemble, mettant en valeur le rôle des grandes stations thermales de Vénétie (à l’image de d’Abano ou Recoaro), mais aussi des plages du littoral comme Jesolo, ou Sottomarina (Chioggia).

Les bains de mer à Ajaccio

Présentation du travail de Master 2 d’Andrea Rossi (Histoire)

Problématique = comment émerge la station d’Ajaccio, dans un contexte où les regards sont tournés vers l’Atlantique ?

-> Le tourisme comme fait anthropologique global déterminant pour la société corse.
-> Perceptions du corps et usages du rivage en Méditerranée.
-> Bornes chrono : milieu XIXe-années 1930

I. La Corse et la station d’Ajaccio : de la terra incognita à la lumière

1. Les figures majeures de l’émergence d’un lieu de cure
A. Les Anglais
B. Les médecins et hygiénistes
C. Les figures locales

– action de la presse
– personnalités notables, action de l’administration
2. Les conditions favorables
A. Les spécificités différenciées du littoral corse 
– pourquoi Ajaccio s’émancipe plus que le reste de l’île —> épidémies ? salubrité ? climat ?
– émergence tardive : pourquoi ?
B. Les lieux communs de la description d’Ajaccio
– Q du sublime au coeur de l’esthétique romantique qui prévôt dans réhabilitation des littoraux = récits de voyages
C. Les conditions techniques
– chemins de fer
– liaison continent-Ajaccio paquebot


II. Ajaccio, station balnéaire ? : perceptions et usages du rivage
=> Quels usages du rivage se développent en concordance avec développement de la station ?
Usages déjà présents ?=> Existence des usages curatifs du rivage attestée par corps médical mais pas présent dans sources de presse : pas de trace de l’existence d’un établissement de bains officiel pour l’instant

1. Entre santé…
A. promenades de santé sur la plage, près du rivage
– conditions : heure, temps…
– climat, bienfaits de l’air marin
B. promenades sur mer
C. bains de mer ?
– établissement de bains de mer curatifs passés sous silence dans les sources —> pas de mention de l’existence d’un établissement officiel pour l’instant
– beaucoup de mentions des bains dans sources thermales (Caldaniccia + près d’Ajaccio) de l’intérieur


2. … et plaisir ?
A. usages pré-modernes : baraques populaires pour baigneurs
– beaucoup de demandes populaires pour construire des baraques pour les baigneurs : bains curatifs ou pour plaisir ?
– le souci de la pudeur et du voisinage des sexes = une conception différente de la baignade de loisir
– baraques populaires —> classe sociale, métiers des demandeurs de baraques ?
B. appréciation du paysage littoral
– appréciation panorama, vue sur mer
– promenades, yachting ?

TRANSITION l’appellation d’Ajaccio en tant que station balnéaire est ambiguë, des usages pré-modernes existent et sont même + présents dans les sources que les mentions de bains curatifs. Il semble qu’en matière de cure, la promenade près de la mer ou sur mer (pour apprécier les bienfaits de l’air marin) soit plus largement envisagée, tandis que le bain reste une pratique thermale dans des stations intérieures.

III. Développement et valorisation touristique : un défi à relever

=> que venaient vraiment chercher les touristes en Corse ? : venaient-ils chercher les joies du littoral ? perceptions profanes ?
1. A la poursuite d’un objectif : concurrencer les autres stations climatiques et balnéaires méditerranéennes
A. Aménagements, immobilier : hôtels, cottages, maisons louées accueillant voyageurs…
– aménagements (ex casino), importance salubrité de la ville
– immobilier
B. Publicité & valorisation par le corps médical
– adaptation activités ex sport anglais, salons de thé
– journaux en anglais, allemand… publiés dans d’autres villes
– valorisation du climat par le corps médical

2. Ajaccio station-d’hiver : histoire d’un échec
A. Concurrence 
– manque de lieux d’accueils, de distraction par rapport à la Riviera 
– projet de casino tardif
– un regard tourné vers l’intérieur : touristes qui ne viennent pas forcément chercher les joies du rivage, mais plutôt paysages pittoresques de l’intérieur (à lier avec le thermalisme dans les stations intérieures partie II)
B. Conditions techniques
– services automobiles, chemin de fer incomplet, liaison corse-continent —> développement tardif
C. Une popularité à nuancer
– un basculement tardif dans la popularité touristique (XXe) ex Club Ours Blanc 1935
– peu d’étrangers pendant la période étudiée cf liste d’étrangers publiées par journaux (établir une moyenne)

Les bains de mer à Marseille au début du XIXe siècle

Présentation du travail de M1 de Tina Leyer, Histoire

Pour la présente étude, les sources proviennent des archives municipales et départementales de la ville de Marseille ainsi que du fond d’archives de la bibliothèque de l’Alcazar.

Un climat particulier 

Le climat de Marseille est méditerranéen et bénéficie de nombreux avantages, plusieurs sources mettent notamment en avant la douceur de ce dernier. Le rivage forme naturellement plusieurs anses et criques ainsi que des plages sablonneuses. Cette structure du rivage constitue l’installation de base sur laquelle se construisent par la suite les établissements de bain de mer. Progressivement, les médecins et scientifiques effectuent des relevés sur le soleil, la température ainsi que la force du vent. Le discours médical et scientifique distingue l’eau de la Méditerranée des autres eaux de mer car cette dernière possède de nombreux minéraux. Le docteur Berrut rédige notamment en 1861 un mémoire sur les bienfaits du traitement des vaches laitières par l’iodure de potassium, le chlorure de sodium et le fer. Une attention toute particulière est également portée sur les différents vents de Marseille. Ces derniers sont reconnus comme purificateurs et chargés en humidité permettant ainsi de conserver un air sain et frais en été. Le docteur Robert évoque notamment dans son manuel des bains de mer rédigé en 1827 que « Le Mistral, qui souffle quelquefois avec violence, est toujours rafraichissant par sa nature, et il est même froid au cœur de l’été, lorsqu’il est combiné avec le vent du nord. » L’iode couplé à au vent donne à Marseille l’avantage de posséder un air assainissant.  Par ces discours, la ville de Marseille apparait alors comme étant optimale pour le bain thérapeutique. Cette configuration du littoral permet également d’endiguer les maux liés à l’air vicié. De plus, La ville de Marseille bénéficie d’une longue période d’ensoleillement rendant ainsi la saison des bains optimale de mai à octobre. 

Les établissements de bains de mer : de nouvelles pratiques

La ville de Marseille voit également la création de plusieurs bains de mer au XIXe siècle, la première tentative d’établissement de bains de mer est recensée en 1808, dans l’anse du Pharo près du port de Marseille, mais qui n’aboutit pas pour une raison financière. La première deuxième expérience de bains de mer est faite également dans l’anse du Pharo par le docteur Giraudy de Boyon qui fonde un établissement de bains de mer en 1818. D’autres bains sont fondés sur la plage d’Arenc, laquelle est formée naturellement des bassins de roches. Deux établissement sont créés, il s’agit de l’établissement de Giraudy de Boyon fondé en 1820 ainsi que l’établissement de monsieur Vailhen fondé légèrement plus au Nord en 1823. Plus tardivement, d’autres établissements de bains de mer sont créés vers le sud de Marseille avec notamment la création du bain des catalans en 1859 ainsi que les bains de la plage du Prado en 1842. Les terrains sont alloués par amodiations et les archives communales et départementales de Marseille possède des documents liés aux démarches administratives engendrées par l’ouverture de ces établissements.

De manière globale et bien que le climat méditerranéen offre à Marseille des conditions optimale pour le développement de l’activité balnéaire, le succès des bains de mer est assez mitigé. Ce succès en demi-teinte est dû notamment au fait que la ville de Marseille tend plutôt à développer son industrie. Cependant, l’essor de cette activité engendre de nouvelles pratiques du rivage, qui mêlent hygiène et plaisance dans les nouveaux établissement de bains de mer. Les établissements proposent diverses manières de prendre des bains de mer et créent notamment des infrastructures spécifiques afin d’administrer l’eau de mer par des méthodes diverses en allant du bain à la lame, par le bains froid ou chaud. Le sable et le soleil sont également exploités pour les soins. Les établissements deviennent progressivement des lieux de confort avec notamment des espaces de repos et des restaurants. Le discours sur les bénéfices du climat de Marseille est par ailleurs relayé par les médecins mais il l’est également repris par les propriétaire d’établissement dans un but publicitaire. 

Une attention particulière est portée également sur les processus de créations de bains de mer en s’intéressant notamment aux organismes qui ont permis leur essor, et de savoir qui sont les acteurs. On découvre notamment la création d’un nouvel emploi, celui d’inspecteurs de bains de mer, emploi qui est notamment occupé par les docteurs Robert puis par le docteur Berrut pour le bain de mer des Catalans.

Usages préexistants et coexistant du rivages 

Ces nouveaux usages du littoral, induits par le développement de l’activité balnéaire, amènent à se questionner sur les usages préexistants et coexistant sur le rivage. L’ouvrage du docteur Robert mentionne le fait que les baigneurs utilisent le bassins d’Arenc depuis des temps immémoriaux. Les archives révèlent notamment que l’essor des bains de mer occasionne des contestations de la part des habitants, qui résident aux alentours de ces établissements. En 1826, un courrier est rédigé par la mairie de la ville, destiné au préfet, et recense plusieurs contestations faites à l’encontre de l’établissement du docteur Giraudy. Le courrier mentionne les désagréments occasionnés par l’appropriation du rivage, on peut notamment citer « Il [Giraudy] ne considère pas non plus qu’a l’entour de ces mêmes anses une grande partie des artisans de cette ville aillait, le dimanche, en famille, se délasser des travaux de la semaine. » Parmi les plaignants et autres usagers du rivage il faut également égaler mentionner les pêcheurs qui utilisent notamment le rivage pour étendre leur filets de pêche mais qui utilisent également les bassins creusés naturellement dans la roche pour entreposer leur barque, on peut notamment citer : « il [Giraudy] ne s’arrête point encore à ce que les terrains qu’il ambitionne servaient de temps immémorial, à étendre, pour les faire sécher, les filets des pécheurs demeurant à Arenc. » 

De plus, et comme le souligne Alain corbin dans son ouvrage, la question du sauvetage est cruciale. Le rivage doit demeurer accessible afin que les pêcheurs puissent porter secours à des éventuels naufragés, les plaignants évoquent que « par les clôtures des terrains précités, il empêcherait lesdits pécheurs, [..] de porter leur vue de ce coté sur des navires qui seraient en danger vu qu’ils ne pourraient secourir de suite faute de pouvoir les découvrir immédiatement ».

Réglementation et privatisation du rivage 

Bertile Beunard dans son article évoque le fait que la réglementation sur le rivage est tout d’abord laissée libre aux habitants avant d’être progressivement prise en main par le préfet et par la ville avec notamment la promulgation de plusieurs arrêtés en 1807 puis 1813. Les arrêtés mentionnent notamment les espaces sur lesquels les habitants ne peuvent plus se baigner et impose également le port du caleçon. Les infractions sont passibles d’amendes. Un nouvel avis est rendu publique le 10 juillet 1855 qui réitère l’interdiction de se baigner sans caleçon, mais qui restreint à nouveau les zones de baignades autorisées. « La partie comprise entre la plage de l’Huveaune et l’entrée du chemin de ceinture du Roucas-Blanc, est absolument interdite aux baigneurs, qu’ils soient ou non couverts d’un caleçon. » La réitération de ces arrêtés montre que les infractions persistent et d’autres sources évoquent également la récurrences de délits avec notamment le fait que des hommes étrangers aux bains se baignent aux alentours ou au sein des établissement de bain de mer de manière illégale. On recense aux archives départementale une plainte publique formulée à l’encontre d’un arrêté publié en 1859. Le document est rédigé le 23 juillet 1862 et il est directement adressé à monsieur le sénateur, accompagné par plusieurs feuillets de signatures, et évoque : « la lassitude d’une journée laborieuse ainsi que leur manque de moyen empêchent d’aller plus aux bains payants. Seraient-ils privés au profit de ces établissements de cette douce et utile satisfaction ? »  Ce courrier réclame la cessation des sanctions qui leur sont infligés et ce malgré le fait qu’ils soient en règles et pour permettre « à cette nombreuse et laborieuse population de se livrer sans crainte à ce gout naturel des bains de mer si indispensable pour leur santé et leur propreté ».

Ces différents documents montrent alors qu’il existe, conjointement à l’activité des bains de mer, une pratique du rivage par les locaux. Les habitants utilisent le rivage également dans un but thérapeutique. L’émergence des bains de mer, ainsi que l’édification des arrêtés interdisant des zones de baignades contribuent à la privatisation du rivage. On peut notamment citer une demande faite par monsieur casimir Autard, atteint de paralysie, qui demande l’autorisation de prendre des bains de mer à la joliette. Ce document montre que la prise de bains de mer, hors zones réglementaires, fait désormais appel à des recours exceptionnels (demande adressée au préfet).

Parallèlement à l’essor de l’activité balnéaire émerge également la question des bains de mer destinés aux militaires. Ces derniers, dès la seconde partie du XIXe siècle, sont obligés de se former à la natation. Marseille voit notamment l’apparition d’une école de natation dans l’anse de Malmousque. Les archives départementales montrent que le choix de l’emplacement de l’école de natation est crucial puisque les militaires ne doivent pas se mêler aux civils. La présence des soldats est génératrice de plusieurs conflits d’usages, on recense plusieurs cas de bains sauvages nus près des établissement de bains de mer, choquants ainsi les civils. On peut notamment citer le présent courrier du 22 juillet 1859 qui évoque que le 19 juillet, 300 hommes d’un régiment d’infanterie, sous la surveillance de plusieurs officiers « sont allés se baigner, sans caleçons au Prado, sur le point interdit, à très peu de distance des bains réservés aux femmes. » 

Perceptions actuelles des usages passés du rivage méditerranéen

Présentation du travail de M1 d’Aurélien Aillaud, Anthropologie

Dans mon mémoire bibliographique de master 1 d’anthropologie, je me suis intéressé aux perceptions actuelles des usages passés du littoral méditerranéen.

Dans mon mémoire grâce au projet Rivage, je reviens sur les rapports existants entre le corps et l’espace méditerranéen en mettant l’accent sur l’essor des bains de mer à Nice (Bottaro, 2016) et à Marseille (Beunard, 1993). De plus, je me suis intéressé dans le chapitre 1, aux représentations des anthropologues ayant étudié la Méditerranée, en se rendant sur le terrain. D’abord originaires de pays britanniques, ces anthropologues ont vu dans l’aire culturelle de la Méditerranée un espace propice aux problématiques de l’altérité. En effet, par sa diversité culturelle et sa vaste étendue géographique ( 2,5 millions de km², superficie grande comme 5 fois la France), la Méditerranée a beaucoup été étudiée sous l’angle de l’anthropologie des sociétés rurales ou sous l’angle de l’anthropologie de la parenté, avec l’importance faite aux structures familiales ( Gellner, Peristiany, Pitt-Rivers).

Le projet Rivage veut être productif en matière de données, puisqu’il regroupe à la fois des résultats historiques (laboratoire Telemme) et des travaux anthropologiques (l’Idemec). Cela m’a permis de réaliser un mémoire axé sur de l’ethnohistoire et d’appréhender la Méditerranée dans toute sa complexité et sa globalité. 

Ce réseau de recherche a pour objectif de répondre à la question : comment des tableaux illustrant la Méditerranée pourraient-ils influencer les perceptions des publics des musées ? C’est pourquoi dans la partie 2 de mon mémoire, je me suis focalisé sur des œuvres d’art significatives du littoral méditerranéen, comme celles de Joseph Vernet sur les ports, ou encore comme celles de Cézanne sur le paysage marseillais de l’Estaque. 

Le projet Rivage va me permettre, en master 2, de réaliser un stage à la fois sur le terrain et en laboratoire. En effet, mon enquête va être basée sur le public des musées méditerranéens comme le Mucem à Marseille, ou le Museon Arlaten. En faisant appel à la mémoire de mes informateurs et à leurs expériences personnelles sur le littoral méditerranéen, mon enquête sur le public des musées aura pour finalité la compréhension des représentations de la Méditerranée grâce aux réponses du questionnaire que j’aurai établi. Dans la partie 3 de mon mémoire, j’explique la méthodologie propre aux sciences humaines que je vais employer lors de cette enquête ethnographique. 

Le projet Rivage et mon mémoire de master 1 me permettent donc de prendre du recul sur mes propres représentations de la Méditerranée. Ainsi j’ai pu remarquer que la Méditerranée ne se limite pas à ses rivages, frontières géographiques et sociales, mais elle est ouverte sur le monde grâce à ses flux commerciaux, migratoires, touristiques, et culturels. 

Un espace naturel en réhabilitation au patrimoine mondial de l’Unesco ? Le cas de l’étang de Berre et ses rives.

Présentation du travail de M2 de Julie Couturis, Anthropologie

Ce mémoire de fin d’étude représente une réflexion à propos de la volonté de mettre en patrimoine l’étang de Berre dans sa globalité. Aux côtés d’autres initiatives citoyennes et institutionnelles préexistantes, c’est depuis 2016, que le député-maire de la ville de Martigues, Gaby Charroux, a enclenché la mise en place de moyens dans l’objectif de faire figurer l’étang de Berre au sein de l’inventaire international du patrimoine de l’Unesco, comme l’annonce officielle au gouvernement, la création d’une association de soutien, la création d’évènement de promotion du projet de « Candidature au patrimoine mondial de l’Unesco ». Ce mémoire propose un regard critique de la mise en œuvre des programmes de patrimonialisation internationaux à l’échelle locale, et se focalise particulièrement sur les modalités propres aux conventions de l’Unesco. L’étang de Berre ne répondant pas aux critères de « bon état écologique » prévu par la directive-cadre sur l’eau de l’Europe en 2000, ce mémoire pose la question de l’efficience d’un tel projet de patrimonialisation, à la lumière des spécificités du tissu politique, associatif et du regard de la population locale sur le territoire et sur le projet en particulier, dans le contexte où cette lagune est en attente de réhabilitation écologique.

Les pratiques patrimoniales sont en quelque sorte des outils permettant d’allier les richesses estimées du passé avec les problématiques du présent, et notamment en ce qui concerne le développement durable. Les relations entre ce mémoire et le projet Rivage sont de natures différentes. 

Tout d’abord, les méthodes de l’histoire, en tant que discipline, ont été de solides appuis pour traiter les données de terrain. L’analyse diachronique et synchronique représente un outil d’analyse des faits et des discours au fil des années, de 2016 à 2021, qui ont vu évoluer le projet de patrimonialisation, objet de ce mémoire. Observant directement les faits, les discours et les actions propres à ce projet de patrimonialisation, les méthodes d’archivage et de classement de document ont également été une manière efficace de constituer une histoire passé de ce qui a été observé. Autrement dit, d’organiser une base de données sur une période linéaire qu’il a été question de rendre compte dans ce mémoire. Cette archive personnelle étant faite, il a été nécessaire de puiser dans les archives extérieures comme les dossiers de presse et les archives communales, afin d’enrichir et de contraster le corpus de données recueillies sur le terrain.

Comme tous travaux, ce travail de master se situe dans la lignée d’autres, plus conséquent et abouti, et qui en ont inspiré les thématiques. Les travaux du laboratoire d’histoire contemporaine de Marseille, TELEMMe, dirigé par Xavier Daumalin, et plus précisément le webdocumentaire au sujet de l’industrialisation de l’étang de Berre et du Golfe de Fos. C’est en retraçant 200 ans d’histoire que le laboratoire TELEMMe a décortiqué les périodes de grande industrialisation du territoire grâce à un important travail de terrain et de recherche qui est consigné dans un webdocumentaire en ligne depuis novembre 2020 et que l’on peut consulter en suivant cette adresse : https://fos200ans.fr/index.html. Ces 200 années d’histoire sont divisées en quatre périodes qui s’étendent de 1809 à nos jours et retracent l’historique du développement de l’activité industrielle sur un territoire qui englobe l’étang de Berre et le Golfe de Fos, très souvent étudié ensemble, d’ailleurs. Ce webdocumentaire met en lumière la difficile insertion de l’industrie sur ce territoire à la lumière des luttes citoyennes de défenses des espaces naturels et des activités ancestrales de subsistance comme la pêche aux petits métiers. Ce travail d’archive et de terrain permet de prendre conscience des enjeux de transition écologique propres à ce territoire mais aussi aux liens indéfectibles que les habitants ont tissés avec chaque parcelle de cet environnement ambigüe, qui oscille entre industrie et nature sauvage. 
Thématique connexe à ce mémoire : la pêche aux petits métiers. Cette activité ancestrale a façonné le paysage économique, politique, social et culturel de ce territoire, et c’est bien l’histoire et l’analyse des faits du passé qui nous permet de nous rendre de compte de ce qui était important à une certaine époque, d’en comprendre les caractéristiques, et de rendre intelligible les modalités de la perte et de gain de valeur de ce qui fut important, comme il en est le cas pour les activités de pêche dans l’étang de Berre qui n’ont fait que diminuer jusqu’à aujourd’hui. Dans une visée critique, il est question d’appréhender par le biais de cette réflexion une conceptualisation des pratiques de labellisation des sites, prises dans les politiques publiques, à la lumière d’une analyse historique de la disparition de pratiques durables face à une industrialisation massive et néfaste d’un espace naturel.  Qu’entend-on patrimonialiser ? Pourquoi ? Qui propose la démarche ? Quelles sont les retombées ? Ces questions posent les jalons d’une évaluation critique et scientifique de la mise en œuvre des conventions internationales de l’Unesco.La pêche fait partie des activités nautiques présente sur le pourtour de l’étang de Berre, aux côtés de la baignade. La fréquence de ces activités, prise dans le temps et mise en parallèle avec les épisodes de mauvais état écologique des eaux de l’étang de Berre, témoigne de la perception des habitants et du lien qui existe entre la population locale et leur environnement proche. Ces perceptions donnent à voir l’importance de la confiance que les êtres humains ont besoin de constituer avec leur environnement afin d’y pratiquer des activités nautiques. Les aspects physico-chimiques de l’eau et de ses abords, qui se matérialisent par des odeurs, des couleurs qui varient en fonction du vent et des températures, sont des stimuli sensoriels qui influencent les perceptions des possibilités sanitaires de se baigner dans l’étang de Berre. Ainsi l’analyse de la perception sociale de cet espace naturel se place dans la lignée des travaux des sciences sociales à propos de l’analyse des pratiques liées à l’eau sur les côtes méditerranéennes françaises