Perceptions actuelles des usages passés du rivage méditerranéen

Présentation du travail de M1 d’Aurélien Aillaud, Anthropologie

Dans mon mémoire bibliographique de master 1 d’anthropologie, je me suis intéressé aux perceptions actuelles des usages passés du littoral méditerranéen.

Dans mon mémoire grâce au projet Rivage, je reviens sur les rapports existants entre le corps et l’espace méditerranéen en mettant l’accent sur l’essor des bains de mer à Nice (Bottaro, 2016) et à Marseille (Beunard, 1993). De plus, je me suis intéressé dans le chapitre 1, aux représentations des anthropologues ayant étudié la Méditerranée, en se rendant sur le terrain. D’abord originaires de pays britanniques, ces anthropologues ont vu dans l’aire culturelle de la Méditerranée un espace propice aux problématiques de l’altérité. En effet, par sa diversité culturelle et sa vaste étendue géographique ( 2,5 millions de km², superficie grande comme 5 fois la France), la Méditerranée a beaucoup été étudiée sous l’angle de l’anthropologie des sociétés rurales ou sous l’angle de l’anthropologie de la parenté, avec l’importance faite aux structures familiales ( Gellner, Peristiany, Pitt-Rivers).

Le projet Rivage veut être productif en matière de données, puisqu’il regroupe à la fois des résultats historiques (laboratoire Telemme) et des travaux anthropologiques (l’Idemec). Cela m’a permis de réaliser un mémoire axé sur de l’ethnohistoire et d’appréhender la Méditerranée dans toute sa complexité et sa globalité. 

Ce réseau de recherche a pour objectif de répondre à la question : comment des tableaux illustrant la Méditerranée pourraient-ils influencer les perceptions des publics des musées ? C’est pourquoi dans la partie 2 de mon mémoire, je me suis focalisé sur des œuvres d’art significatives du littoral méditerranéen, comme celles de Joseph Vernet sur les ports, ou encore comme celles de Cézanne sur le paysage marseillais de l’Estaque. 

Le projet Rivage va me permettre, en master 2, de réaliser un stage à la fois sur le terrain et en laboratoire. En effet, mon enquête va être basée sur le public des musées méditerranéens comme le Mucem à Marseille, ou le Museon Arlaten. En faisant appel à la mémoire de mes informateurs et à leurs expériences personnelles sur le littoral méditerranéen, mon enquête sur le public des musées aura pour finalité la compréhension des représentations de la Méditerranée grâce aux réponses du questionnaire que j’aurai établi. Dans la partie 3 de mon mémoire, j’explique la méthodologie propre aux sciences humaines que je vais employer lors de cette enquête ethnographique. 

Le projet Rivage et mon mémoire de master 1 me permettent donc de prendre du recul sur mes propres représentations de la Méditerranée. Ainsi j’ai pu remarquer que la Méditerranée ne se limite pas à ses rivages, frontières géographiques et sociales, mais elle est ouverte sur le monde grâce à ses flux commerciaux, migratoires, touristiques, et culturels. 

Un espace naturel en réhabilitation au patrimoine mondial de l’Unesco ? Le cas de l’étang de Berre et ses rives.

Présentation du travail de M2 de Julie Couturis, Anthropologie

Ce mémoire de fin d’étude représente une réflexion à propos de la volonté de mettre en patrimoine l’étang de Berre dans sa globalité. Aux côtés d’autres initiatives citoyennes et institutionnelles préexistantes, c’est depuis 2016, que le député-maire de la ville de Martigues, Gaby Charroux, a enclenché la mise en place de moyens dans l’objectif de faire figurer l’étang de Berre au sein de l’inventaire international du patrimoine de l’Unesco, comme l’annonce officielle au gouvernement, la création d’une association de soutien, la création d’évènement de promotion du projet de « Candidature au patrimoine mondial de l’Unesco ». Ce mémoire propose un regard critique de la mise en œuvre des programmes de patrimonialisation internationaux à l’échelle locale, et se focalise particulièrement sur les modalités propres aux conventions de l’Unesco. L’étang de Berre ne répondant pas aux critères de « bon état écologique » prévu par la directive-cadre sur l’eau de l’Europe en 2000, ce mémoire pose la question de l’efficience d’un tel projet de patrimonialisation, à la lumière des spécificités du tissu politique, associatif et du regard de la population locale sur le territoire et sur le projet en particulier, dans le contexte où cette lagune est en attente de réhabilitation écologique.

Les pratiques patrimoniales sont en quelque sorte des outils permettant d’allier les richesses estimées du passé avec les problématiques du présent, et notamment en ce qui concerne le développement durable. Les relations entre ce mémoire et le projet Rivage sont de natures différentes. 

Tout d’abord, les méthodes de l’histoire, en tant que discipline, ont été de solides appuis pour traiter les données de terrain. L’analyse diachronique et synchronique représente un outil d’analyse des faits et des discours au fil des années, de 2016 à 2021, qui ont vu évoluer le projet de patrimonialisation, objet de ce mémoire. Observant directement les faits, les discours et les actions propres à ce projet de patrimonialisation, les méthodes d’archivage et de classement de document ont également été une manière efficace de constituer une histoire passé de ce qui a été observé. Autrement dit, d’organiser une base de données sur une période linéaire qu’il a été question de rendre compte dans ce mémoire. Cette archive personnelle étant faite, il a été nécessaire de puiser dans les archives extérieures comme les dossiers de presse et les archives communales, afin d’enrichir et de contraster le corpus de données recueillies sur le terrain.

Comme tous travaux, ce travail de master se situe dans la lignée d’autres, plus conséquent et abouti, et qui en ont inspiré les thématiques. Les travaux du laboratoire d’histoire contemporaine de Marseille, TELEMMe, dirigé par Xavier Daumalin, et plus précisément le webdocumentaire au sujet de l’industrialisation de l’étang de Berre et du Golfe de Fos. C’est en retraçant 200 ans d’histoire que le laboratoire TELEMMe a décortiqué les périodes de grande industrialisation du territoire grâce à un important travail de terrain et de recherche qui est consigné dans un webdocumentaire en ligne depuis novembre 2020 et que l’on peut consulter en suivant cette adresse : https://fos200ans.fr/index.html. Ces 200 années d’histoire sont divisées en quatre périodes qui s’étendent de 1809 à nos jours et retracent l’historique du développement de l’activité industrielle sur un territoire qui englobe l’étang de Berre et le Golfe de Fos, très souvent étudié ensemble, d’ailleurs. Ce webdocumentaire met en lumière la difficile insertion de l’industrie sur ce territoire à la lumière des luttes citoyennes de défenses des espaces naturels et des activités ancestrales de subsistance comme la pêche aux petits métiers. Ce travail d’archive et de terrain permet de prendre conscience des enjeux de transition écologique propres à ce territoire mais aussi aux liens indéfectibles que les habitants ont tissés avec chaque parcelle de cet environnement ambigüe, qui oscille entre industrie et nature sauvage. 
Thématique connexe à ce mémoire : la pêche aux petits métiers. Cette activité ancestrale a façonné le paysage économique, politique, social et culturel de ce territoire, et c’est bien l’histoire et l’analyse des faits du passé qui nous permet de nous rendre de compte de ce qui était important à une certaine époque, d’en comprendre les caractéristiques, et de rendre intelligible les modalités de la perte et de gain de valeur de ce qui fut important, comme il en est le cas pour les activités de pêche dans l’étang de Berre qui n’ont fait que diminuer jusqu’à aujourd’hui. Dans une visée critique, il est question d’appréhender par le biais de cette réflexion une conceptualisation des pratiques de labellisation des sites, prises dans les politiques publiques, à la lumière d’une analyse historique de la disparition de pratiques durables face à une industrialisation massive et néfaste d’un espace naturel.  Qu’entend-on patrimonialiser ? Pourquoi ? Qui propose la démarche ? Quelles sont les retombées ? Ces questions posent les jalons d’une évaluation critique et scientifique de la mise en œuvre des conventions internationales de l’Unesco.La pêche fait partie des activités nautiques présente sur le pourtour de l’étang de Berre, aux côtés de la baignade. La fréquence de ces activités, prise dans le temps et mise en parallèle avec les épisodes de mauvais état écologique des eaux de l’étang de Berre, témoigne de la perception des habitants et du lien qui existe entre la population locale et leur environnement proche. Ces perceptions donnent à voir l’importance de la confiance que les êtres humains ont besoin de constituer avec leur environnement afin d’y pratiquer des activités nautiques. Les aspects physico-chimiques de l’eau et de ses abords, qui se matérialisent par des odeurs, des couleurs qui varient en fonction du vent et des températures, sont des stimuli sensoriels qui influencent les perceptions des possibilités sanitaires de se baigner dans l’étang de Berre. Ainsi l’analyse de la perception sociale de cet espace naturel se place dans la lignée des travaux des sciences sociales à propos de l’analyse des pratiques liées à l’eau sur les côtes méditerranéennes françaises

Usages du rivage en Méditerranée

Dans Le territoire du vide (1988), l’historien du corps Alain Corbin décrit le changement de regard qui s’opère progressivement sur les zones littorales à partir de la fin du XVIIIe siècle. Vues jusqu’alors comme des espaces répulsifs, malsains et dangereux, celles-ci deviennent progressivement des espaces prisés par les élites pour leurs qualités hygiéniques et esthétiques. Les médecins louent leurs avantages pour la santé, qu’il s’agisse des effets du « bain à la lame » ou des bienfaits de l’air iodé, et leur fréquentation ne cesse de s’accroître et leurs usages de se diversifier.
Or, le scénario que propose A. Corbin repose sur les espaces océaniques : la Méditerranée y est marginale, car elle offre des particularités climatiques et physiques qui se prêtent mal à cette analyse. Notre projet de recherche, financé par l’Institut Sociétés Méditerranéennes en Mutation SoMuM (2020-2022) se donne pour objectif d’éclairer cet angle mort.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search