À propos de Rivage

Dans Le territoire du vide (1988), l’historien du corps Alain Corbin décrit le changement de regard qui s’opère progressivement sur les zones littorales à partir de la fin du XVIIIe siècle. Vues jusqu’alors comme des espaces répulsifs, malsains et dangereux, celles-ci deviennent progressivement des espaces prisés par les élites pour leurs qualités hygiéniques et esthétiques. Les médecins louent leurs avantages pour la santé, qu’il s’agisse des effets du « bain à la lame » ou des bienfaits de l’air iodé, et leur fréquentation ne cesse de s’accroître et leurs usages de se diversifier.
Or, le scenario que propose A. Corbin repose sur les espaces océaniques : la Méditerranée y est marginale, car elle offre des particularités qui se prêtent mal à cette analyse. Notre projet de recherche se donne pour objectif d’éclairer cet angle mort en explorant trois pistes.
– Avec une mer quasiment sans marée, plus chaude et réputée plus débonnaire, on peut faire l’hypothèse que le rivage méditerranéen n’offre pas le même visage hostile à des populations habituées à la « moissonner » (D. Faget) : on se propose donc d’essayer de retrouver ces usages familiers et pré-modernes (bains, jeux, promenades, etc.) très mal connus.
– Par ailleurs, les particularités du climat méditerranéen (ensoleillement important, régime de vents très contrastés), l’opposition entre les côtes rocheuses et les côtes lagunaires où sévit la malaria font du littoral un environnement complexe, qui inspire aux hygiénistes des discours prolixes et nuancés sur ses effets corporels. On se propose de les analyser à l’aune de cette diversité.
– Enfin, de ces préconisations savantes découlent des formes d’appropriations, des usages « modernes », et une économie de la cure et du tourisme balnéaire. On voudrait à la fois les comparer avec ceux décrits par A. Corbin pour les espaces océaniques et étudier la façon dont ils s’articulent (prolongements, coexistence, conflits) avec les perceptions et les usages familiers hérités du passé.

Les bornes chronologiques sont la fin du XVIIIe siècle et les années 1930. La fin du XVIIIe siècle est un moment de rupture dans les représentations du corps et des bienfaits de ses interactions avec la nature (Vigarello) ; les années 30 marquent le début des congés payés et le point de départ du tourisme estival de masse, déjà bien étudié (Boyer, Urbain, Granger) ainsi que les premiers essais de naturisme (Manfredini). Toutefois, dans une perspective anthropologique, nous pourrons compléter cette approche par une analyse des représentations contemporaines de l’histoire des usages du corps en France méditerranéenne (recensement des expositions, fonds patrimoniaux, publications liées à notre objet de recherche et à sa réception).

 Objectifs et méthodologie
Le projet entend combler un vide historiographique : l’histoire des perceptions et des usages des espaces littoraux souffre de plusieurs lacunes. Comme cela a été souligné, la principale étude historique portant sur ce sujet -et qui fait référence- est focalisée sur les littoraux atlantiques. Dans le cas des littoraux méditerranéens, certains champs sont bien explorés, notamment à Telemme : l’occupation industrielle des littoraux, les pollutions, l’exploitation halieutique et naturaliste, la navigation. Mais il n’existe pas de travaux articulant ce qui est un axe fort du laboratoire, l’histoire du corps, et l’espace méditerranéen. Il existe enfin une bibliographie dispersée et plus ou moins érudite sur les bains de mer à la fin du XIXe siècle dans les stations balnéaires à la mode, principalement sur la Côte d’Azur. Mais elle n’est pas mise en perspective avec des usages vernaculaires, ni rapportée aux côtes languedociennes.

Un modèle global d’analyse pourrait être celui développé par Olivier Faure à propos du devenir du thermalisme populaire. L’historien de la santé a montré comment des sources thermales fréquentées de façon informelle sur la longue durée par les populations autochtones étaient aménagées au XIXe siècle en stations thermales plus ou moins luxueuses, le rôle joué par les médecins dans ce processus, et la dépossession progressive des usagers traditionnels.

Sources
1. Analyser et comparer les représentations et les perceptions du climat et de la mer
Pour documenter cette question, on se propose de dépouiller trois types de sources :

– des sources savantes (topographies médicales, traités d’hygiène, essais sur les bains de mer) essentiellement issues de médecins.
– des archives liées à l’hygiène publique, comme les délibérations des conseils d’hygiène et de salubrité)
– des sources « folkloristes » ou ethnographiques : proverbes, contes, ex-votos
– des écrits du for privé
2. Mettre à jour les usages ordinaires du littoral
Il s’agit incontestablement de la partie la plus délicate de l’enquête, sur laquelle nous avons peu de visibilité sur les résultats. Il existe quelques études qui proposent des modèles d’enquêtes, par exemple sur le cabanon (Gontier), mais elles sont très ponctuelles. Pour approcher ces pratiques, on se propose de travailler plusieurs types de sources :

– des archives policières et judiciaires (délits, conflits d’usages, comportements socialement inadéquats, etc.) et des sources règlementaires (accès, interdits, etc.). L’histoire recourt fréquemment à ce type de sources pour accéder à des pans de la vie ordinaire ou de la vie privée.
– des sources ethno-historiques sur les « us et coutumes », les fêtes et les rites, les jeux, les croyances, les superstitions, etc.
– des documents iconographiques (notamment des photographies issues de fonds privés, mais aussi les œuvres des peintres qui tout à la fois construisent une représentation du rivage et en illustrent les usages)
– des écrits du for privé (souvenirs, mémoires, correspondances) et des sources littéraires
3. En confrontant les données collectées, contextualiser les modes divers d’appropriation des littoraux ; identifier la spécificité méditerranéenne dans sa complexité et ses déclinaisons; la comparer au schéma proposé par A. Corbin.
L’analyse des sources historiques sera complétée par une enquête ethno-historique sur les représentations des pratiques liées au littoral méditerranéen dans le passé.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search