Thermalisme et pratiques balnéaires à Venise et en Vénétie (XIXe-début du XXe siècle)

Présentation des travaux de Laetitia Levantis (docteur histoire de l’art)

Mes travaux sur le thermalisme pratiqué dans le centre historique de Venise à l’époque romantique ont comme point de départ ma thèse de Doctorat, laquelle reconstitue le regard que les voyageurs français des XVIIIe et XIXesiècles ont porté sur le paysage vénitien dans ses rapports étroits avec l’architecture et l’urbanisme de la ville (thèse publiée sous le titre Venise, un spectacle d’eau et de pierres. Architecture et paysage dans les récits de voyageurs français [1756-1850], Grenoble, UGA éds, 2016, rééd. en 2019 – Prix de l’Académie de Marseille en 2017). La dernière partie de cette étude ouvre sur le basculement qui s’opère à partir des dernières décennies du XVIIIe siècle dans l’appréciation du paysage vénitien, en particulier l’attrait pour les eaux, la flore et la faune marines qui environnent la cité ducale, objets d’observations attentives de la part des nombreux voyageurs scientifiques qui visitent la ville dans les dernières décennies du siècle. En effet, tandis que la vogue du voyage naturaliste se déploie dans toute la péninsule, la mer et ses propriétés physiques constituent désormais pour les scientifiques du dernier tiers du siècle un nouveau champ d’étude. Pourtant, malgré les craintes diverses que suscite cette proximité permanente avec les eaux dans les récits de voyageurs des Lumières, la lagune gagne une place sans cesse grandissante dans les textes au point de devenir, à l’aube du XIXe siècle et tout au long de la période romantique, le pendant des descriptions d’architectures. 

Cette mutation dans l’approche du paysage lagunaire et marin qui environne Venise atteint son point culminant avec le phénomène original du thermalisme pratiqué au cœur de la ville à partir des années 1830. C’est autour de cette page des plus méconnues de l’histoire vénitienne que s’orientent, en partie, mes travaux de recherche. Cette thématique, développée jusqu’à la période d’âge d’or des bains de mer sur la plage du Lido (à partir des années 1850), constitue l’un des axes contenus dans mon projet de recherche « Histoire, gestion et perceptions du territoire vénitien (XVIIIe-XIXe siècles) », lequel souhaite reconstituer le processus de conservation de l’architecture vénitienne et l’évolution de la gestion des eaux, des combats menés pour la préservation du site vénitien à l’exploitation économique et touristique des eaux lagunaires (notamment à travers le phénomène de la balnéation).

Thermalisme et pratiques balnéaires à Venise et en Vénétie (1830-1930)

Le XIXe siècle vénitien est une période d’intenses mutations économiques, urbanistiques et architecturales par lesquelles Venise – aux mains de la dynastie Habsbourg pour la seconde fois dès 1815 –, s’engage sur le chemin de la modernisation. Dans ce contexte, on assiste à l’apparition des premiers projets balnéaires à l’origine de l’émergence d’un tourisme de santé dans les lagunes : à partir des années 1830, Venise devient alors une station thermale et climatique réputée dans l’Europe entière et sa fortune se diffuse dans la littérature médicale, puis dans la presse internationale. À côté des nombreux établissements de bains flottants que compte la ville, l’émergence de la balnéothérapie marine dans le secteur hôtelier est un exemple intéressant et réussi de l’association de la médecine et du tourisme. Le luxe des établissements, les aménagements qui y sont effectués pour offrir à leur clientèle ce genre de prestation, prouvent la nette évolution qui s’opère à partir de la seconde moitié du siècle dans l’organisation des espaces dévolus à l’accueil et aux loisirs des étrangers, sous l’impulsion du tourisme balnéaire dans la lagune. Alors qu’au XVIIIe siècle, la cité des doges était avant tout perçue par les étrangers qui y séjournaient comme une ville dangereuse pour la santé par les miasmes délétères des eaux lagunaires et des canaux qui infectaient l’air, les touristes qui affluent en masse vers la Sérénissime dans la première moitié du XIXe siècle, s’y rendent désormais pour jouir de ses eaux. Venise devient alors siège d’une expérience physique et n’est plus seulement perçue comme un miracle d’art et d’histoire.

Avec l’avènement du tourisme moderne au milieu du siècle, le bain comme mondanité supplante progressivement le bain thérapeutique dans les établissements implantés le long du Grand Canal, et dans les principaux hôtels de la ville. Parallèlement à cela, le développement de la plage du Lido permet l’apparition d’imposantes architectures, annonçant la disparition future des structures balnéaires et hydrothérapiques du centre urbain de Venise à la fin du siècle. Ce vaste espace de terre accueille également d’importantes entreprises médicales et philanthropiques, à l’image des « Hospices marins pour enfants pauvres et scrofuleux » destinés à préserver la classe travailleuse de la diffusion des maladies au contact du climat marin et de l’héliothérapie. Dans les premières décennies du XXe siècle, le Lido avec ses luxueux hôtels, devient le lieu de loisir privilégié d’une élite bourgeoise s’adonnant à de nouvelles pratiques, à l’image des bains de sable, également connus sous le nom de psammatothérapie. Entre le XIXe siècle et les années 1920, c’est donc toute une thérapie qui fut développée autour des ressources naturelles de Venise. 

Ayant le plaisir d’apporter ma contribution au programme de recherche SOMUM RIVAGES, je mène actuellement un travail d’enrichissement de ma bibliographie, collectant des sources concernant d’une part, les témoignages de voyageurs européens ayant expérimenté les établissements balnéaires vénitiens (y compris ceux de la plage du Lido), et d’autre part, les mentions faites des bains de Venise dans la presse vénitienne du XIXe siècle. La banque d’images sur laquelle je travaille (gravures, photographies issues de l’Archivio Storico Böhm-Naya ou du fonds Tommaso Filippi de l’Istituto di Ricovero e di Educazione di Venezia [IRE]) s’enrichit progressivement et j’ai notamment rassemblée une intéressante iconographie sur un établissement thermal proche du Grand canal (bains de Lorenzo Chitarin dans l’ancienne Abbazia di San Gregorio), sur lequel nous n’avions jusqu’ici que fort peu de renseignements. Je suis également parvenue à identifier d’autres établissements présents dans le centre historique de la ville et ce, jusqu’aux dernières décennies du siècle. Je travaille aussi sur les raisons éventuelles de leur disparition, laquelle coïncide avec l’âge d’or du Lido. Mes recherches se sont ainsi progressivement étendues à cet espace sur lequel j’enquête jusqu’aux prémices du fascisme, en portant un éclairage particulier sur les « hospices marins pour enfants scrofuleux et rachitiques », mais également sur d’autres aspects illustrant cette « réinvention » du rapport au site vénitien par de nouvelles pratiques médicales, puis touristiques, à l’image des « bains de sable ». J’enquête donc sur la sablothérapie sur la plage du Lido de Venise et en Vénétie, notamment à partir de la station de Grado (reconnue comme station de cure officielle de l’Empire autro-hongrois en 1892). Dans l’optique des recherches menées au sein du programme SOMUM, les pistes de travail seront étendues à la zone adriatique dans son ensemble, mettant en valeur le rôle des grandes stations thermales de Vénétie (à l’image de d’Abano ou Recoaro), mais aussi des plages du littoral comme Jesolo, ou Sottomarina (Chioggia).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anne Carol (5 juillet 2021). Thermalisme et pratiques balnéaires à Venise et en Vénétie (XIXe-début du XXe siècle). Usages du rivage en Méditerranée. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://rivage.hypotheses.org/89


Auteur/autrice : Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search